Le Bruit du Vent

Hamon, je te soutiens, mais ton ralliement à Mélenchon est un devoir moral. Ne nous fais pas morfler !

29 Mars 2017 , Rédigé par Matthieu Stelvio Publié dans #Société

En éjectant Manuel Valls et son libéralisme économique, Benoît Hamon a permis à la gauche de retrouver un parti réellement socialiste. Cette renaissance a été accueillie avec enthousiasme par de nombreux citoyens, dont je fais partie.

Benoît Hamon s'était alors clairement positionné comme un candidat hostile à l'idée d'homme providentiel. Sa modestie pouvait nous laisser penser qu'avec lui, un rassemblement de la gauche serait possible. Il y a quelques semaines, Benoît Hamon proposait d'ailleurs que le candidat le mieux placé dans les sondages devienne le leader de cette gauche unie. De l'autre côté, depuis le début de sa campagne, Jean-Luc Mélenchon a exprimé sa méfiance à l'égard d'un parti s'étirant jusqu'aux positions libérales de Myriam El Khomri.

Force est de constater, aujourd'hui, que la cohérence de Jean-Luc Mélenchon paye, alors qu'à l'inverse, Benoît Hamon s'empêtre dans des contradictions dictées par un parti à l'agonie. Le candidat du PS décroche gravement dans les sondages, et sa victoire est bien moins probable que celle du Front National ou de l’idéologie de Margaret Thatcher. En maintenant sa candidature, Benoît Hamon permet à la gauche d’être plus divisée qu’une droite ayant traversé un chaos immonde !

J’ai soutenu Benoît Hamon, mais le pragmatisme doit l’apporter. Ce qui importe, ce n’est pas le culte d’un homme (aussi estimable soit-il), mais le destin de dizaines de millions de Français, le destin de millions de chômeurs, de millions de smicards, de millions de malades, de millions de travailleurs, de millions d’enfants. Si Benoît Hamon se maintient, notre pays sera gouverné soit par les partisans du repli identitaire soit par le libéralisme impitoyable de ceux qui veulent user les plus faibles jusqu’à la moelle.

Benoît Hamon a l'avenir de notre pays entre ses mains. Sa responsabilité est immense. Son devoir est de faire le meilleur choix pour nous tous. Et si au soir du premier tour, l’addition de ses voix et de celles de Mélenchon est supérieure aux voix recueillies par l’un des deux qualifiés pour le second tour, l’erreur de Benoît Hamon sera impardonnable. Et nous serons beaucoup à lui en vouloir lorsque nous passerons aux 39 heures, lorsque l'âge de nos retraites sera reculé, lorsque nos hôpitaux et nos écoles seront vidés de centaines de milliers de fonctionnaires, lorsque les plus faibles seront délaissés par une société avide de rentabilité. À l'inverse, si Benoît Hamon se rallie à Mélenchon et que la gauche l'emporte, nous serons des millions à le remercier, à savourer notre sixième semaine de congés payés en ayant une pensée pour lui !

MS, 29/03/17.

Partager cet article

Commenter cet article

BIDAULT Michel 31/03/2017 16:20

C'est parce qu'il a voulu garder avec lui ceux vraiment proches responsables avec Hollande du naufrage de la gauche, en d'autres termes assumer une rupture claire avec le HOLLANDISME. Je pense que nous France Insoumise devrions être consultés sur l'acceptation d'Hamon et des siens dans nos rangs

Bruxellois 30/03/2017 22:43

Court et clair. Hamon doit se rallier à Mélenchon, et surtout (sûrement) pas l'inverse

Domi 30/03/2017 22:39

Cher collègue blogueur je tombe (sans me faire mal) sur ton site qui joue comme mon blog les généralistes en parlant politique et nature ; pourquoi pas ?
Je vois que tu aimes les bouquetins moi aussi, ce sont des bêtes à cornes, mais je ne voudrais pas, en te suivant, porter ensuite des cornes de cocu.
Ton analyse est juste : sans union de la gauche, les socialistes sont laminés ; avec Mélanchon, ils gardent d'une chance de voir une petite partie de leur pensée exprimée au second tour.
Cependant il y a un mais : même si Mélanchon est au second tour grâce aux voix de Hamon, il n'a aucune chance de battre Le Pen, ni du reste Macron si Macron était en tête ce qui est possible. C'est triste à dire mais cette union de la gauche là ne battrait pas le front national, et si c'était Hamon soutenu par Mélanchon (peu plausible) la victoire des socialistes ne serait pas assurée non plus. Alors l'ami, bravo pour tes idéaux, mais il faut être pragmatique. Tu peux aller voir mon petit journal d'ici et d'ailleurs, rubrique politique (et autres)
Cordialement

PlanSocial 31/03/2017 20:20

Je suis tout à fait persuadé du contraire : face à Le Pen il incarne la république, face à Macron la souveraineté, face à Fillon la probité, et dans tous les cas l'alternance et le renouveau. Il l'emporte à tous les coups.

Daniel LESUEUR 30/03/2017 21:24

"Benoît Hamon a l'avenir de notre pays entre ses mains"... Non, pas du tout ! Lire http://blog-des-auteurs-libres.over-blog.com/2017/03/les-idees-tres-con-de-benoit-hamon.html

Bazin 30/03/2017 17:38

Bien vu...Merci pour votre lucidité, et espérons que M.Hamon fasse de même !!!!!

Doray Françoise 30/03/2017 13:57

désolée, j'avais oublié d'aller au bout du texte, nous sommes du même avis!

Doray Françoise 30/03/2017 13:55

C'est triste que vous ayez choisi ce candidat qui risque de ne pas soutenir réellement votre cause. Vous vous êtes trompé de héraut hélas c'est JL Mélenchon qu'il faut soutenir pour que le bocage de Notre Dame des Landes reste entier

AJ 29/03/2017 14:26

Très bon article
(sauf le coup de "l'addition des voix", c'est plutôt en terme d'adhésion à un mouvement qu'il faut le voir, et réduire les avancées sociales à "savourer une sixième semaine de congés paysés" c'est un peu du foutage de gueule, il y a aussi par exemple déclarer la souffrance au travail comme cause nationale et lutter contre la pauvreté, l'humiliation, l'exclusion et la destruction de centaines de milliers de vie, ça va un peu plus loin que ça)