Le Bruit du Vent

140 manifestants, 1 mot d'ordre : « Bouquetins, on ne vous lâchera pas ! »

15 Avril 2014 , Rédigé par Matthieu Stelvio Publié dans #Bouquetins du Bargy

140 manifestants, 1 mot d'ordre : « Bouquetins, on ne vous lâchera pas ! »

Mis à jour le 17 avril à 12h55.

Comme vous le savez peut-être, le Préfet de la Haute-Savoie a ordonné en octobre dernier l’abattage des bouquetins du Bargy de cinq ans et plus, ce afin de lutter contre une épizootie de brucellose. S’appuyant sur les rapports scientifiques de l’Agence de Sécurité Sanitaire et du Conseil National de Protection de la Nature (CNPN), plusieurs milliers de citoyens et de nombreuses associations expriment leur incompréhension face à cette mesure qui est totalement disproportionnée : d’autres solutions existent. Faisant partie des associations mobilisées, la FRAPNA a été reçue par le Préfet de la Haute-Savoie, le lundi 14 avril à 16h30. Pour l’occasion, un rassemblement a été organisé devant la préfecture.

Avant ce jour, aucun article sur notre protestation n’est paru dans la presse, et ce malgré la parole des associations et les 26 500 signatures de la pétition. En dépit de cette absence de médiatisation, nous étions aujourd’hui environ 140 devant la préfecture de la Haute-Savoie, ce qui est plus qu’honorable pour un lundi après-midi. Désormais objective, notre force de mobilisation grandira !

Je retiens quatre points essentiels des retours de la réunion entre la FRAPNA et le Préfet :

  1. Malgré la demande des signataires de la pétition, le Préfet n’abroge pas l’arrêté qui permet à l’Etat d’abattre des bouquetins sans les tester au préalable. Par conséquent, sur le plan légal, les abattages à l’aveugle peuvent continuer ; et ce en dépit de l’avis défavorable du CNPN ! Des bouquetins peuvent donc toujours être abattus sans que l'on sache s'ils sont malades !
  2. Malgré les recommandations de l’ANSES du 04/09/13 et la relance du CNPN du 11/02/14, aucune étude sur la vaccination chez les bouquetins n’a débuté ; et ce alors qu’un vaccin pour les caprins existe. (En pratique, selon le CNPN, le réseau des parcs zoologiques pourrait être mobilisé pour ces études.)
  3. 70 animaux vont être testés dans les prochaines semaines ; les prélèvements seront organisés par des autorités dépendantes de l’Etat. En fonction des résultats, de nouvelles directives seront prises ; il n’est pas exclu que le Préfet demande à nouveau l’abattage de tous les bouquetins du Bargy.
  4. Avec virulence, le Préfet a « engueulé » les représentants de l’association FRAPNA ! Les slogans figurant sur les banderoles et les autocollants des manifestants lui déplaisent : selon lui, abattre cent bouquetins en une journée ne serait pas « un massacre ». Mais c'est surtout la lettre que j'ai envoyée à la Ministre de l'Ecologie qui est à l'origine de sa colère, lettre validée et soutenue par de nombreuses associations dont la FRAPNA, la LPO et l'ASPAS... Pendant environ une heure (sur les 2 heures de la réunion), Monsieur le Préfet a remis en cause la véracité de la lettre, donc de ma parole, et ce en la déformant. N'en déplaise à Monsieur le Préfet, je n'ai aucune correction à apporter à ma lettre dans la mesure où, contrairement à ce qu'il veut faire croire, l'intégralité de son contenu est exact. (Si le Ministère de l'Ecologie lit ce texte, je l'invite à être très attentif à la prose du Préfet de la Haute-Savoie, à consulter la page 36 du rapport de l'ANSES du 04/09/13, à prendre en compte la représentativité des échantillons, et ce sans oublier l'origine géographique des animaux testés.) J'ajoute que Monsieur le Préfet a ignoré le courrier que je lui ai adressé le 18 février dernier ; et qu'il n'a pas répondu à certaines questions qui, afin de gagner en concision, ne sont pas évoquées dans la lettre envoyée à la Madame la Ministre : je songe notamment à l'absence de pertinence des estimations avancées lors du référé ou encore au refus de fournir la liste des animaux abattus classés en fonction de leur âge et de leur sexe.

Pour rappel, aucune analyse n’a été pratiquée sur les 234 animaux abattus, ce que les scientifiques déplorent. Nous parlons pourtant bel et bien d’une espèce protégée.

L’automne dernier, devant la caméra de France 3, le Préfet de la Haute-Savoie a soit sournoisement joué avec la rhétorique soit menti. Suite à ce "jeu de langage", les citoyens et les tribunaux ont été pris de vitesse face aux "opérations éclair" ! Ne nous laissons pas avoir une nouvelle fois !

Accéder à la pétition.

140 manifestants, 1 mot d'ordre : « Bouquetins, on ne vous lâchera pas ! »
140 manifestants, 1 mot d'ordre : « Bouquetins, on ne vous lâchera pas ! »
140 manifestants, 1 mot d'ordre : « Bouquetins, on ne vous lâchera pas ! »
140 manifestants, 1 mot d'ordre : « Bouquetins, on ne vous lâchera pas ! »
140 manifestants, 1 mot d'ordre : « Bouquetins, on ne vous lâchera pas ! »
140 manifestants, 1 mot d'ordre : « Bouquetins, on ne vous lâchera pas ! »

Partager cet article

Commenter cet article

berthoz 08/09/2014 09:19

Il est st primordial de trouver des solutions moins radicales.

Anny MARTIGNY 07/09/2014 22:51

Jusqu'où ira la cruauté des humains ? Je proteste !

Jacques 23/05/2014 04:52

Merci pour ce que vous faites Matthieu, j'ai un doute au sujet des 234 animaux tués, j'ai peur que le chiffre soit largement au dessus, pas sur qu'ils en trouvent encore 70 à tester. Cette semaine je suis tombé sur des traces de sang et des poils sur le sentier la-haut, ils continuent...

Nathalie 17/04/2014 17:06

Super pour ce que tu fais ! Continues !

Nicolas 15/04/2014 15:40

J'étais présent au rassemblement ce lundi devant la préfecture. Merci Matthieu pour cette alerte citoyenne et pour la dynamique lancée ... A suivre (de près). Let us save ibex

Matthieu 16/04/2014 14:37

Nicolas, merci beaucoup pour ton soutien !
Let us save ibex