Le Bruit du Vent

Rassemblement contre l'abattage total des bouquetins du Bargy : samedi 6 septembre à Saint-Gervais (en Haute-Savoie)

29 Août 2014 , Rédigé par Matthieu Stelvio Publié dans #Bouquetins du Bargy

Lieu : Mairie de Saint-Gervais-les-Bains, Haute-Savoie (près du Mont Blanc).

Date : samedi 6 septembre 2014 à 15 heures (à l'occasion de la venue de Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie).

Comme vous le savez, le préfet de la Haute-Savoie a ordonné en octobre dernier l’abattage des bouquetins du massif du Bargy de cinq ans et plus, afin de lutter contre une épizootie de brucellose. A ce jour, plus de 320 bouquetins ont été abattus "à l'aveugle" (parmi eux, beaucoup n’étaient pas atteints de brucellose). S’appuyant sur les rapports scientifiques de l’Agence de Sécurité Sanitaire et du Conseil National de Protection de la Nature, 15 associations ont exprimé leur incompréhension face à cette mesure qui est totalement disproportionnée : d’autres solutions existent. Ainsi, durant le printemps 2014, un test de terrain a été expérimenté sur les bouquetins. Il est aujourd’hui établi que ce test, qui permet de diagnostiquer la brucellose, est fiable à 100%. Ce test rapide doit donc être généralisé ; ce qui permettra de préserver a minima les centaines d'animaux sains.

Malgré cet outil de dépistage, le préfet de la Haute-Savoie, arbitre partial et malhonnête, penche, comme à son habitude, du côté de la psychose (cf. ce texte), et a demandé au ministère de l’Ecologie l’autorisation d’abattre tous les bouquetins du Bargy, soit plus de 350 animaux restants ! Sur le point d'être exécutée, cette requête est irrationnelle. En effet, d’une part, une telle pression de chasse provoquerait la fuite de bouquetins (animaux habituellement sédentaires) vers d’autres massifs, et donc la propagation de la maladie aux Aravis (la brucellose est cantonnée au Bargy depuis 1999). D’autre part, un vaccin existe pour les caprins (mais aucune étude n’a été lancée pour vérifier son innocuité sur les bouquetins, ce qui est plutôt stupéfiant). Pour rappel, en modifiant les dynamiques de population, les abattages à l’aveugle n’ont fait qu’accélérer la diffusion de la brucellose aux classes d’âges jusqu’alors épargnées. Comme l’a expliqué le président du Conservatoire des espaces naturels, il serait temps d’arrêter de jouer aux « apprentis sorciers » !

La protestation est forte puisque la pétition, lancée sur ce blog, est sur le point de recueillir 45 000 signatures (nous espérons atteindre les 50 0000). Pour lancer un signal encore plus fort et marquer notre attachement à ces animaux protégés et interdits de chasse, plusieurs associations (ASPAS, ARTHEN, CAF, FRAPNA, LPO, One Voice) lancent un appel au rassemblement pacifique à l’occasion de la venue de la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal (cf. communiqué ; motif officiel du déplacement : saluer le Refuge du Goûter, une catastrophe écologique de plus ?) Des banderoles seront brandies et des tracts distribués. Si vous pouvez venir, n’hésitez pas à vous joindre à ce mouvement !

N’hésitez pas à consulter le résumé de l’affaire en 8 points clés.

N’OUBLIEZ PAS DE SIGNER LA PETITION : sauvonslesbouquetins.com

Lieu : Mairie de Saint-Gervais-les-Bains, Haute-Savoie (près du Mont Blanc).

Date : samedi 6 septembre 2014 à 15 heures (à l'occasion de la venue de Ségolène Royal, ministre de l'Ecologie).

Le communiqué des associations : http://www.frapna.org/images/docs/bouquetins/appel-a-mobilisation_29-08-2014_halte-au-massacre-des-bouquetins-du-bargy.pdf / PS 1 : Le rassemblement précédent avait réuni 140 personnes. / PS 2 : Afin d’éviter d’être sollicité par les forces de l’ordre (comme en 2013 pour le Col de Sarenne), je fais le choix de ne participer à l’organisation d’aucun rassemblement ; ce qui me permet de ne pas être sous pression, et de préserver « l’indépendance de ma parole » (qui n’est, par ailleurs, rattachée à aucune association).

Texte et photos : MS
Texte et photos : MS
Texte et photos : MS

Texte et photos : MS

Partager cet article

Commenter cet article

MATTEI 03/09/2014 17:28

le bonjour et le soutien d'un éleveur ovin de Corse. Dans les années 70, la Corse était en situation épidémique de brucellose totale, la réponse des services vétérinaires était l'abattage. Devant la révolte "musclée" des éleveurs l'état a temporisé, nous laissant sans solution car la seule option était l'abattage. Avec l'aide d'un vétérinaire nous avons entrepris une campagne de vaccination "illégale" avec du REV1 - vaccin vivant - utilisé sur brebis et chèvres. En trois ans, l'épidémie a été enrayée. L'état mis devant le fait accompli a du autoriser, par dérogation, la vaccination. Les dernières campagnes de vaccins se faisaient avec des goutes dans les yeux. Il n'y a plus de Brucellose dans l'ile depuis 30 ans. L'abattage est un "dogme" de l'école française vétérinaire que rien ne justifie scientifiquement. C'est une réponse archaïque !!!!!!
Je reste persuadé que plusieurs campagnes de vaccination devraient résoudre en grande partie votre problème. Et que vraisemblablement la brucellose est présente depuis des décennies dans la faune sauvage. Et à leurs habitudes, ils brandissent un marteau pour écraser deux mouches.
J'espère de tout cœur que vous parviendrez à sauver ces magnifiques animaux

Sandra 03/09/2014 12:51

Trop loin pour venir, mais je soutiens à fond cette action ! J'espère qu'il y aura du monde et que les bouquetins en pleine santé seront épargnés ! Merci à tous ceux qui pourront être sur place, avec vous.