Le Bruit du Vent

Pétition : l’abattage des bouquetins du Bargy n’est pas justifié !

21 Novembre 2013 , Rédigé par Matthieu Stelvio Publié dans #Bouquetins du Bargy : l'essentiel, #Bouquetins du Bargy

Pétition : l’abattage des bouquetins du Bargy n’est pas justifié !

Texte publié le 11/10/13. Remis en avant le 22/11/13. Synthèse disponible à cette adresse : http://lebruitduvent.overblog.com/petitionbouquetin.html

Le Bouquetin des Alpes a complètement été éradiqué du territoire français après l’invention de l’arme à feu, et a failli disparaître de la surface de la Terre au XIXème siècle. Suite à la décision, en 1856, du Roi d’Italie de protéger les derniers individus de la vallée d’Aoste, le Bouquetin des Alpes a échappé à l’extinction, et a pu être réintroduit dans de nombreux massifs. Aujourd’hui, le Groupe National Bouquetin (GNB) compte, en France, environ 10000 individus. (5) Un arrêté ministériel de 1981 interdit la chasse « en tout temps » de ce paisible et bel animal devenu emblématique des montagnes.

Toutefois, en Haute Savoie, dans le massif du Bargy, l’Etat a récemment ordonné l’extermination de tous les bouquetins âgés de plus cinq ans. Les 1 et 2 octobre 2013, 197 bouquetins ont été abattus ; ce qui pourrait représenter 68% de la population de bouquetins du Bargy. Pour cacher le massacre, un arrêté préfectoral a interdit l’accès et le survol du massif durant plusieurs jours. Cent dix gendarmes, disposés sur les routes et chemins, ont bouclé le périmètre. De nombreuses carcasses ont été évacuées par hélicoptère, et les bouquetins suspendus dans le vide ont défilé au-dessus des têtes des habitants du Bargy. (1)(2) Des opérations plus discrètes seront menées cet hiver.

Cette décision d’abattage est consécutive à la découverte, en avril 2012, d’une souche de Brucella, bactérie responsable de la brucellose, dans le lait d’une vache. Depuis cet événement, des investigations ont été conduites, et ont permis de détecter la présence de brucellose chez les bouquetins. L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) émet l’hypothèse que les bouquetins aient pu jouer le rôle de réservoir et assurer un relais silencieux entre le dernier foyer domestique de brucellose (1999) et le foyer de 2012. (3)

La brucellose peut infecter l’humain lorsqu’il consomme des aliments au lait cru. En 2012, un enfant a ainsi été atteint de brucellose suite à la consommation d’un fromage non-pasteurisé provenant du Bargy. Cette maladie à déclaration obligatoire, très rare, peut être soignée chez l’homme, peut s’exprimer de multiples manières, et a un taux de létalité inférieur à 5%. La transmission interhumaine est quasi inexistante. (3)(4)

Les experts de l’ANSES estiment que le risque de transmission du bouquetin aux troupeaux domestiques est faible. L’absence d’infection parmi tous les troupeaux de ruminants domestiques éventuellement exposés a été démontrée. (9) Il n’est d’ailleurs pas certain que le bouquetin soit à l’origine des cas observés en 2012 chez des bovins. « Le seul passage identifié de la brucellose à un bovin est intervenu dans un site (…) pour lequel le contexte épidémiologique (troupeau bovin dans un parc clôturé, cantonné en périphérie de l’exploitation, loin des zones de passage des bouquetins ou même simplement de leur habitat potentiel) est éloignée d’une logique de transmission inter-spécifique. » (3) Il n’y avait donc aucune urgence à agir pour l’ANSES. (3) L’Etat n’a pas été à l’écoute du groupe d’experts.

Une décision prise à l’aveugle : à propos de la valeur des observations

Le suivi des populations de bouquetins a seulement démarré au début de l’été 2013. D’après les experts, avant d’avoir recours à d’éventuelles mesures drastiques, il aurait été plus sage de recueillir plus d’informations sur la population de bouquetins du massif et sur la dynamique de l’infection. Le groupe d’experts « insiste sur l’importance d’un temps scientifique avant la mise en œuvre de mesures de gestion. » (3) Dans ce contexte, la précipitation de la décision de l’Etat est hautement critiquable, car elle fait abstraction de considérations éthiques à l’égard du Bouquetin.

Il n’est pas précisé dans le rapport du groupe d’experts (3) si les 76 bouquetins testés par prise de sang étaient représentatifs de la population globale du massif ou s’ils ont été choisis (par l’ONCFS), au moins partiellement, parce qu’ils présentaient des signes cliniques évocateurs ; ce qui pourrait constituer un biais statistique.

L’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS), qui a géré le suivi, a en charge deux secteurs dont les intérêts divergent, et est fortement influencé par le lobby de la chasse. Le rapport publié en 2012 par la Cour des Comptes interroge sur la partialité du suivi des bouquetins par l’ONCFS. On y apprend ainsi que : « l’autorité ministérielle a parfois fait preuve d’un laxisme regrettable », et qu’ « [une] majorité [d’’influence de représentants des chasseurs] conduit parfois l’ONCFS à être la victime collatérale des conflits opposant les chasseurs et les (…) associations de protection de la nature ». « Les formateurs ont établi et signé des certificats portant des indications erronées (…). » « L’insuffisante diversification des partenariats de l’établissement dans ses activités d’observation, d’études et de recherche nuisent à l’indépendance et à la reconnaissance de certains travaux de l’ONCFS concernant les espèces chassables ». (6) S’appuyant exclusivement sur les observations effectuées par l’ONCFS (dont l’indépendance est remise en cause par la Cour des Comptes) et par « la fédération départementale des chasseurs de Haute-Savoie », la copie du groupe d’experts ne serait-elle pas entièrement à revoir ? (3)

L’abattage massif, un très mauvais choix

La solution choisie, l’abattage éclair des bouquetins de plus de 5 ans (soit environ 70% de la population) nuit à l’étude de la dynamique de la maladie : « Il est (…) essentiel de collecter le maximum d’informations sur ce foyer afin que l’expérience ainsi acquise puisse servir à une maîtrise appropriée d’éventuels nouveaux foyers. » « L’abattage ciblé des individus âgés ne permettrait pas (…) de récupérer des données sur l’évolution de la situation sanitaire et populationnelle des bouquetins. » (3)

Il est établi que les bouquetins du Bargy ne se déplacent pas (ou très peu) vers les autres massifs. Les bouquetins des massifs voisins ne sont d’ailleurs pas atteints de brucellose. Les experts estiment qu’un abattage massif peut engendrer une fuite de bouquetins infectés et l’extension du foyer vers d’autres massifs. « Il n’est pas possible de prévoir la réaction d’une population de bouquetins soumise à une telle pression de chasse. (…) Il faut envisager l’hypothèse qu’ils cherchent à fuir vers d’autres massifs (…) par des voies non identifiées. » (3) En somme, au lieu d’enrayer l’infection, l’abattage éclair du 1 et 2 octobre pourrait l’étendre vers d’autres massifs !

La solution choisie aura des conséquences importantes sur le reste de la faune sauvage. L’utilisation de balles de plomb est problématique. « Le Gypaète barbu est un oiseau nécrophage protégé dont le statut en France est très fragile. (…) Mettre à disposition de cet oiseau des cadavres de bouquetins contenant des fragments de plomb serait très risqué pour la conservation de cette espèce. » (3)

La majorité des bouquetins tués n’était sans doute pas malade

L’analyse des « intervalles de confiance à 95% » révèle qu’il est possible que les jeunes mâles soient (jusqu’à quatre fois) plus touchés par la maladie que les plus âgés ! (3, p°36) Bien que précaires (surtout pour les mâles), les statistiques sérologiques (issues des travaux de l’ONCFS) tendraient soi disant à montrer que la prévalence de la maladie serait moins importante chez les jeunes bouquetins, d’où la (contestable) décision d’avoir recours à un abattage massif en tuant tous les individus de plus de 5 ans (d’après le GNB, les bouquetins peuvent vivre jusqu’à 25 ans). Malheureusement, de jeunes bouquetins ont sans doute été tués par erreur, car, à distance de tir, il est quasi impossible de déterminer l’âge d’une femelle de plus de 2 ans ; par ailleurs, celles-ci peuvent être confondues avec de jeunes mâles. Tuer des femelles condamne des cabris à devoir survivre sans leur mère.

Le type d’abattage choisi élimine des individus sains : la majorité des bouquetins du Bargy n’est pas atteinte de brucellose (62% d’après l’ONCFS). D’après le rapport, il n’est pas exclu de l’intervalle de confiance à 95% que 89% des mâles tués soient séronégatifs ! (3) Quitte à persévérer dans la voie de l’abattage, il aurait été plus logique de n’éliminer que des bouquetins malades (abattage sanitaire), comme le rapport d’experts le préconisait en septembre. « Un abattage ciblé sur la séropositivité présenterait l’avantage d’écrêter la population de façon plus harmonieuse et moins brutale (…). Il est raisonnable de penser que la dynamique des populations ne serait pas brutalement altérée. » « L’abattage sanitaire présenterait l’avantage de continuer le suivi sanitaire et populationnel (…), ce qui permettrait un recueil d’informations amenant à une meilleure compréhension du foyer et permettrait d’être mieux armé en cas de nouvelle émergence. » « Concernant le risque de fuite de bouquetins brucelliques [vers les autres massifs], les experts considèrent qu’il serait encore plus faible que lors d’un abattage massif. » « Si l’abattage sanitaire permet d’abaisser suffisamment la prévalence de l’infection, il est possible que la brucellose ne puisse pas se maintenir dans la population. » Beaucoup moins brutal que l’opération choisie, l’abattage sanitaire (des animaux malades, exclusivement) était envisagé dans le rapport des experts, mais « nécessit[ait] la mise en œuvre de moyens humains et financiers importants. » Des moyens financiers importants qui mériteraient toutefois d’être mis en balance avec l’impact de l’abattage drastique sur le tourisme, principal source de revenu du Bargy, qui était jusqu’à lors favorisé par la présence du bouquetin. (3)

Il y avait d’autres solutions !

Laisser faire la Nature ! Il y a déjà eu un précédent. Un foyer de brucellose a été identifié dans une population de bouquetins du Grand Paradis (Italie). Ce foyer s’est éteint de lui-même sans qu’aucune mesure de maîtrise n’ait été entreprise. (3)

Des mesures sanitaires rudimentaires. Quoi qu’il en soit, le risque de transmission de la brucellose du bouquetin à la vache étant déjà exceptionnel, la simple pasteurisation du lait aurait éliminé le risque de transmission de la vache à l’homme. A défaut, la surveillance bactériologique mensuelle du lait de mélange « est tout à fait adapté pour (…) maîtriser le risque pour la santé publique. » (9) Une rudimentaire surveillance spatiale des troupeaux domestiques permettait de maîtriser le risque (3), car les bouquetins et les bovins évoluent très rarement sur les mêmes territoires.

La vaccination. Il existe un vaccin bovin (7), et la vaccination de toutes les vaches aurait éliminé le risque de transmission du bouquetin à la vache ! Les bouquetins sont des caprins, et un vaccin pour les caprins existe. (7) Vacciner les bouquetins aurait enrayé la progression de la maladie, et aurait pu permettre de n’abattre aucun animal, car si la transmission est bloquée, la progression de la maladie (qui peut être asymptomatique ou peu morbide chez le bouquetin) l’est également ; d’où l’inutilité, dans ce cas, de tout abattage. Faute de temps, cette solution n’a pas été sérieusement étudiée : « Les experts disposent de trop peu de temps pour évaluer l’intérêt de la vaccination dans le cas présent mais soulignent le fait que la vaccination pourrait représenter une alternative ». « La vaccination sera traitée de façon plus approfondie dans une autre saisine : les contraintes de temps n’ont pas permis aux experts de traiter cette question d’une façon satisfaisante. » (3) Pas le temps de réfléchir, feu !

Le risque de transmission de la brucellose du bouquetin au bovin est minime. Il n’y avait pas, pour les experts, d’urgence à agir dès 2013, il fallait recueillir de nouvelles données et formuler de nouvelles réflexions avant de prendre une décision ; l’Etat ne les a pas écoutés, a fusillé 197 bouquetins en 2 jours, et pourrait décider d’éradiquer les survivants dès le printemps prochain (1) ; et ce, alors que cette espèce emblématique des Alpes est protégée et interdite de chasse.

Pour l’anecdote, l’arrêté ordonnant l’abattage a été signé le 1 octobre, et peut faire l’objet d’un recours contentieux dans un délai de 2 mois à compter de sa notification. Sauf que le délai moyen qui sépare le dépôt d'une requête de son jugement est compris entre sept mois et deux ans et demi, et qu’au lendemain de la signature de l’arrêté, 197 bouquetins étaient déjà abattus.

Il est possible de protester contre l’abattage des bouquetins en signant cette pétition :

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Petition_Stop_a_labattage_des_bouquetins_du_Bargy/

Photos : Matthieu Stelvio
Photos : Matthieu Stelvio
Photos : Matthieu Stelvio
Photos : Matthieu Stelvio
Photos : Matthieu Stelvio
Photos : Matthieu Stelvio
Photos : Matthieu Stelvio
Photos : Matthieu Stelvio
Photos : Matthieu Stelvio

Photos : Matthieu Stelvio

Partager cet article

Commenter cet article

yves peutot 05/12/2013 12:28

Chez certaines espèces animales vivant en société assez hiérarchisée (ex: l'éléphant) la mort (ici l'éradication) des Anciens (vieilles femelles par exemple) constituent une perte énorme de capacité à survivre. Les ancienNEs ont la connaissance des lieux où il faut se rendre pour se protéger, pour se nourrir ou s'abreuver pendant les périodes difficiles... Est-ce le cas chez les bouquetins? Y a t-il un risque de perte de repères "éducatifs"? Si oui ce serait très très grave!

Alain Uguen 17/10/2013 11:48

Plutôt qu'une pétition sur un site nord américain, je vous propose de faire une cyber @ction locale en direction du préfet du département.

Cordialement

Alain Uguen

Sagamore 15/10/2013 12:21

Effectivement, la brucellose n'est pas rare dans les cheptels de ruminants sauvages, en dessous d'un certain seuil de contamination (et selon les souches), la disparition spontanée est souvent la règle...

Matthieu Stelvio 12/10/2013 13:36

Brouillon de l'article qui apporte des précisions sur les chiffres, les arguments et les citations.


Pétition : l’abattage des bouquetins du Bargy n’est pas justifié !

Le Bouquetin des Alpes, Capra Ibex, mammifère ancestral, représenté dans les grottes de Lascaux, a complètement été éradiqué du territoire français après l’invention de l’arme à feu, et a failli disparaître de la surface de la Terre au XIXème siècle. Suite à la décision, en 1856, du Roi d’Italie Victor-Emmanuel II de protéger les derniers individus de la vallée d’Aoste, le Bouquetin des Alpes a échappé à l’extinction, et a pu être réintroduit dans de nombreux massifs. Aujourd’hui, le Groupe National Bouquetin (GNB) compte, en France, une quarantaine de populations pour environ 10000 individus. (5) L’arrêté ministériel du 17 avril 1981 interdit la chasse « en tout temps » de ce paisible et bel animal devenu emblématique des montagnes.

Toutefois, en Haute Savoie, dans le massif du Bargy, l’Etat a récemment ordonné l’extermination de tous les bouquetins âgés de plus cinq ans. Les 1 et 2 octobre 2013, 197 bouquetins ont été abattus ; ce qui pourrait représenter 68% de la population de bouquetins du Bargy. Pour cacher le massacre de ces animaux protégés, un arrêté préfectoral a interdit l’accès et le survol du massif durant plusieurs jours. Cent dix gendarmes, disposés sur les routes et chemins, ont bouclé le périmètre. De nombreuses carcasses ont été évacuées par hélicoptère, et les bouquetins suspendus dans le vide ont défilé au-dessus des têtes des habitants du Bargy. (1)(2) Des opérations plus discrètes seront menées cet hiver.

Cette décision d’abattage est consécutive à la découverte, en avril 2012, d’une souche de Brucella, bactérie responsable de la brucellose, dans le lait d’une vache. Depuis cet événement, des investigations ont été conduites, et ont permis de détecter la présence de brucellose chez les bouquetins, animaux sauvages. L’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES) émet l’hypothèse que les bouquetins aient pu jouer le rôle de réservoir et assurer un relais silencieux entre le dernier foyer domestique de brucellose (1999) et le foyer de 2012. (3)

La brucellose peut infecter l’humain lorsqu’il consomme des aliments au lait cru. En 2012, un enfant a ainsi été atteint de brucellose suite à la consommation d’un fromage non-pasteurisé provenant du Bargy. Cette maladie à déclaration obligatoire, très rare, peut être soignée chez l’homme, peut s’exprimer de multiples manières, et a un taux de létalité inférieur à 5%. La transmission interhumaine est quasi inexistante. (3)(4)

Un faible risque de transmission de la brucellose aux autres espèces

Les experts de l’ANSES estiment que le risque de transmission (principalement vénérien) du bouquetin aux troupeaux domestiques est, selon les espèces, faible, voire minime. Ainsi, en treize ans, il n’y a eu qu’un foyer bovin alors que la maladie était vraisemblablement présente chez les bouquetins. L’absence d’infection parmi tous les troupeaux de ruminants domestiques éventuellement exposés a été démontrée (12118 animaux, 211 troupeaux testés en automne 2012). Il n’y avait donc aucune urgence à agir ; et la conclusion de l’ANSES, rendue le 4 septembre, est très claire : l’ « analyse ne permet pas de confirmer la nécessité de mettre en œuvre dans l’urgence les actions d’abattage envisagées ». (3) L’Etat n’a pas été à l’écoute du groupe d’experts.


Une décision prise à l’aveugle

En outre, le suivi des populations de bouquetins a seulement démarré au début de l’été 2013 : « Le bouquetin n’a fait l’objet d’aucun suivi spécifique (…) depuis plus d’une dizaine d’années. » D’après les experts, avant d’avoir recours à d’éventuelles mesures drastiques, il aurait été plus sage de recueillir plus d’informations sur la population de bouquetins du massif et sur la dynamique de l’infection : « les travaux d’expertise menés dans un délai très contraint et qui se sont appuyés sur des jeux de données incomplets en cours de constitution, n’ont pu permettre de conclure clairement ». (3)

Le groupe d’experts « insiste sur l’importance d’un temps scientifique avant la mise en œuvre de mesures de gestion. » Dans ce contexte, la précipitation de la décision de l’Etat est hautement critiquable, car elle fait abstraction de considérations éthiques à l’égard du Bouquetin, animal emblématique des Alpes. Un abattage aussi précoce, avec aussi peu de données, n’était pas justifié. (3)

Il n’est d’ailleurs pas certain que le bouquetin soit à l’origine des cas observés en 2012 chez des bovins. « Le seul passage identifié de la brucellose à un bovin est intervenu dans un site (…) pour lequel le contexte épidémiologique (troupeau bovin dans un parc clôturé, cantonné en périphérie de l’exploitation, loin des zones de passage des bouquetins ou même simplement de leur habitat potentiel) est éloignée d’une logique de transmission inter-spécifique. » « La contamination d’un cheptel domestique par des bouquetins du Bargy, qui s’est produite en une unique circonstance sur 12 ans de cohabitation animaux domestiques (…) correspondrait plutôt à un évènement de type accidentel et exceptionnel. » (3)

Un recueil partial d’observations ?

Il n’est pas précisé dans le rapport du groupe d’experts si les 76 bouquetins testés par prise de sang étaient représentatifs de la population globale du massif ou s’ils ont été choisis (par l’ONCFS), au moins partiellement, parce qu’ils présentaient des signes cliniques évocateurs ; ce qui pourrait constituer un biais statistique.

« Les opérations [de suivi sanitaire et populationnel des bouquetins] [ont été exclusivement] assurées par l’ONCFS en collaboration avec la fédération départementale des chasseurs de Haute-Savoie. » (3) Or, l’Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) a en charge deux secteurs dont les intérêts divergent, et est fortement influencé par le lobby de la chasse. Le rapport publié en 2012 par la Cour des Comptes interroge sur la partialité du suivi des bouquetins par l’ONCFS. On y apprend ainsi que : « L’autorité ministérielle a parfois fait preuve d’un laxisme regrettable », et que « la loi du 23 février 2005 a redonné aux représentants des chasseurs une majorité d’influence qu’ils ne manquent pas de revendiquer ni d’exercer. (…) Cette majorité conduit parfois l’ONCFS à être la victime collatérale des conflits opposant les chasseurs et les (…) associations de protection de la nature ». En 2011, le président du conseil d’administration de l’ONCFS était « président de la fédération départementale des chasseurs de Gironde ». « Les irrégularités constatées ont été rendues possibles par une accumulation de dysfonctionnements. (…) Les formateurs ont établi et signé des certificats portant des indications erronées (…). » Des incidents, ainsi que « l’insuffisante diversification des partenariats de l’établissement dans ses activités d’observation, d’études et de recherche nuisent à l’indépendance et à la reconnaissance de certains travaux de l’ONCFS concernant les espèces chassables ». (6)

S’appuyant exclusivement sur les observations effectuées par l’ONCFS (dont l’indépendance est remise en cause par la Cour des Comptes) et par « la fédération départementale des chasseurs de Haute-Savoie », la copie du groupe d’experts ne serait-elle pas entièrement à revoir ? (3)

Cet abattage massif peut conduire à la propagation de la brucellose

Il est établi que les bouquetins du Bargy ne se déplacent pas (ou très peu) vers les autres massifs. Les bouquetins des massifs voisins ne sont d’ailleurs pas atteints de brucellose. Les experts estiment qu’un abattage massif peut engendrer une fuite de bouquetins infectés et l’extension du foyer vers d’autres massifs. « La réaction du bouquetin en cas de tirs massifs est imprévisible. (…) Il n’est pas possible de prévoir la réaction d’une population de bouquetins soumise à une telle pression de chasse. (…) Il faut envisager l’hypothèse qu’ils cherchent à fuir vers d’autres massifs (…) par des voies non identifiées. » « Les experts ne peuvent qu’indiquer ce risque sans l’évaluer. » (3) En somme, au lieu d’enrayer l’infection, l’important abattage du 1 et 2 octobre pourrait l’étendre !

Cet abattage massif est nuisible à la connaissance médicale

Par ailleurs, cet abattage massif biaise l’étude de la dynamique de la maladie : « La lourdeur de l’abattage massif interdit d’emblée tout suivi sanitaire et populationnel de la population. Les experts considèrent qu’il s’agit ici d’un inconvénient majeur : le foyer de brucellose du Massif du Bargy est unique à plusieurs points de vue, ce qui ne signifie pas qu’une situation épidémiologique similaire ne se reproduise pas ailleurs. Il est donc essentiel de collecter le maximum d’informations sur ce foyer afin que l’expérience ainsi acquise puisse servir à une maîtrise appropriée d’éventuels nouveaux foyers. » « L’abattage ciblé des individus âgés ne permettrait pas, tout comme l’abattage total, de récupérer des données sur l’évolution de la situation sanitaire et populationnelle des bouquetins. » (3) L’Etat n’a pas été à l’écoute du groupe d’experts.

Un impact imprévisible sur le reste de la faune

La solution choisie pourrait avoir des conséquences importantes sur le reste de la faune sauvage. L’utilisation de balles de plomb est problématique, car le Gypaète barbu est très sensible au saturnisme. « Le Gypaète barbu est un oiseau nécrophage protégé dont le statut en France est très fragile. Le Massif du Bargy est une zone pilote pour la réintroduction de cette espèce avec la présence notamment d’un couple reproducteur. Mettre à disposition de cet oiseau des cadavres de bouquetins contenant des fragments de plomb serait très risqué pour la conservation de cette espèce. D’autres espèces d’oiseaux nécrophages protégées sont présentes également sur le massif et sont également sensibles au saturnisme. » (3)

La majorité des bouquetins tués n’était sans doute pas malade

L’analyse statistique des « intervalles de confiance à 95% » révèle, qu’au pire des cas, 43% des « mâles de 5 ans et moins » pourraient être atteints, et que ce chiffre pourrait être quatre fois inférieur chez les « mâles de 6 ans et plus ». Bien que peu pertinentes (surtout chez les mâles), les statistiques sérologiques (issues des travaux de l’ONCFS) tendraient à montrer que la prévalence de la maladie serait nettement moins importante chez les jeunes bouquetins, d’où la décision d’avoir recours à un abattage sélectif et massif en tuant tous les individus de plus de 5 ans (d’après le GNB, les bouquetins peuvent vivre jusqu’à 25 ans). Malheureusement, de jeunes bouquetins ont sans doute été tués par erreur, car « la distinction des classes d’âges (…) est plus incertaine chez les femelles à distance de tir (100 à 200m) » que chez les mâles. (3) Tuer des femelles condamne des cabris à devoir survivre sans leur mère. Lors de l’abattage, de jeunes mâles ont pu être confondus avec des femelles.

Le type d’abattage choisi élimine des individus sains : la majorité des bouquetins du Bargy n’est pas atteinte de brucellose (62% d’après l’ONCFS). Il n’est pas exclu que 89% des mâles tués soient séronégatifs ! (3) Quitte à persévérer dans la voie de l’abattage, il aurait été plus logique de n’éliminer que des bouquetins malades (abattage sanitaire), comme le rapport d’experts le préconisait en septembre. 76 tests sanguins ont été effectués en 2012 et 2013… s’il est possible de tester 76 animaux, il doit être possible d’en tester 300, en les téléanesthésiant, en les badgant, et de retrouver, par la suite, les individus infectés. « Un abattage ciblé sur la séropositivité présenterait l’avantage d’écrêter la population de façon plus harmonieuse et moins brutale qu’un abattage total ou ciblé sur une classe d’âge ou de sexe. Il est raisonnable de penser que la dynamique des populations ne serait pas brutalement altérée. » « L’abattage sanitaire présenterait l’avantage de continuer le suivi sanitaire et populationnel de la population de bouquetins du Bargy, ce qui permettrait un recueil d’informations amenant à une meilleure compréhension du foyer et permettrait d’être mieux armé en cas de nouvelle émergence. » « Concernant le risque de fuite de bouquetins brucelliques du Massif du Bargy, les experts considèrent qu’il serait encore plus faible que lors d’un abattage massif. » « Si l’abattage sanitaire permet d’abaisser suffisamment la prévalence de l’infection, il est possible que la brucellose ne puisse pas se maintenir dans la population. » Beaucoup moins brutal que l’opération choisie, l’abattage sanitaire (des animaux malades, exclusivement) était envisagé dans le rapport des experts, mais « nécessit[ait] la mise en œuvre de moyens humains et financiers importants. » Des moyens financiers importants qui mériteraient toutefois d’être mis en balance avec l’impact de l’abattage drastique sur le tourisme, principal source de revenu du Bargy, qui était jusqu’à lors favorisé par la présence du bouquetin sur le massif. (3)

Il y avait d’autres solutions !

Laisser faire la Nature ! Il y a déjà eu un précédent. Un foyer de brucellose a été identifié dans une population de bouquetins du Grand Paradis (Italie). Ce foyer s’est éteint de lui-même sans qu’aucune mesure de maîtrise n’ait été entreprise. (3) Les prises de sang avaient alors révélé une prévalence de la maladie chez 5 à 6% des animaux analysés. Le taux dans le Bargy est sans nul doute plus élevé. Néanmoins, les individus malades sont plus faibles, et ont moins de chances de se reproduire. En l’état actuel des maigres connaissances disponibles, il n’était pas exclu que la maladie qui ne se transmet que très exceptionnellement aux autres espèces (des tests sur les chamois, cerfs, chevreuils, caprins, ovins ont été effectués) s’éteigne d’elle-même, sans intervention humaine.

Des mesures sanitaires rudimentaires. Quoi qu’il en soit, le risque de transmission de la brucellose du bouquetin à la vache étant déjà exceptionnel, la simple pasteurisation du lait (c’est-à-dire une chauffe à 70° durant quelques secondes) aurait éliminé le risque de transmission de la vache à l’homme. A défaut, la surveillance bactériologique du lait était suffisante : « la dérogation prévue pour les troupeaux laitiers consistant à supprimer le contrôle individuel des animaux au retour d’estive pour le remplacer par un contrôle mensuel réalisé par ELISA sur lait de mélange est tout à fait adapté pour détecter précocement une éventuelle contamination du troupeau et donc maîtriser le risque pour la santé publique. » (9) En outre, « la surveillance des pâtures et des interactions entre bouquetins et cheptels domestiques a montré qu’en 2013 ces interactions étaient rares et que le risque de transmission de la brucellose aux animaux domestiques était donc faible. » (3) Une rudimentaire surveillance spatiale des troupeaux domestiques permet de considérablement réduire le risque de transmission.

Vacciner les vaches. Il existe un vaccin bovin (7), et la vaccination de toutes les vaches aurait éliminé le risque de transmission du bouquetin à la vache. Le vaccin qui fausse les dosages sanguins d’anticorps, et pourrait ainsi soi disant nuire au diagnostic de la brucellose ne fausse pas l’analyse bactériologique (qui est la seule à permettre un diagnostic certain). (8)

Vacciner les bouquetins. Les bouquetins sont des caprins, et un vaccin pour les caprins existe. (7) Vacciner les bouquetins aurait enrayé la progression de la maladie, et aurait pu permettre de n’abattre aucun animal, car si la transmission est bloquée, la progression de la maladie (qui peut être asymptomatique ou peu morbide chez le bouquetin) l’est également ; d’où l’inutilité, dans ce cas, de tout abattage. Faute de temps, cette solution n’a pas été sérieusement étudiée : « Les experts disposent de trop peu de temps pour évaluer l’intérêt de la vaccination dans le cas présent mais soulignent le fait que la vaccination pourrait représenter une alternative ». « La vaccination sera traitée de façon plus approfondie dans une autre saisine : les contraintes de temps n’ont pas permis aux experts de traiter cette question d’une façon satisfaisante. » (3) Pas le temps de réfléchir, feu !

Il n’y avait pas, pour les experts, d’urgence à agir dès 2013, il fallait recueillir de nouvelles données et formuler de nouvelles réflexions avant de prendre une décision ; l’Etat ne les a pas écoutés, a fusillé 197 bouquetins en 2 jours, et pourrait décider d’éradiquer les survivants dès le printemps prochain (1) ; et ce, alors que cette espèce emblématique des Alpes est protégée et interdite de chasse.


Il est possible de protester contre l’abattage des bouquetins en signant cette pétition :
https://secure.avaaz.org/fr/petition/Petition_Stop_a_labattage_des_bouquetins_du_Bargy/


(1) http://alpes.france3.fr/2013/10/03/197-bouquetins-abattus-en-deux-jours-dans-le-massif-du-bargy-330483.html
(2) http://www.ledauphine.com/haute-savoie/2013/10/02/l-operation-brucellose-a-debute-cent-six-bouquetins-abattus-hier#jimage=4E630900-66D8-485C-831A-AD23243C25CC
(3) http://www.anses.fr/sites/default/files/documents/SANT2013sa0129.pdf
(4) http://www7.inra.fr/internet/Directions/DIC/presinra/SAQfiches/vaccinbrucel.htm
(5) http://groupe-national-bouquetins.fr/les-bouquetins/
(6) http://www.aspas-nature.org/wp-content/uploads/RF_64478_gestion_Office_national_chasse_faune_sauvage.pdf
(7) http://www7.inra.fr/internet/Directions/DIC/presinra/SAQfiches/vaccinbrucel.htm
(8) http://fr.wikipedia.org/wiki/Brucellose
(9) http://www.anses.fr/sites/default/files/documents/SANT2013sa0082.pdf